• Vince Carter heureux d’avoir marqué l’histoire des Nets

    L’arrière vétéran a symbolisé la seconde franchise de New York, alors à New Jersey, dans les années 2000 et son dernier passage face aux Nets fut rempli d’émotions.

    Pour la dernière fois de sa carrière, Vince Carter a affronté les Nets. Au sein de cette franchise, après son passage à Toronto, il a été performant comme jamais, entre décembre 2004 et 2009, livrant parmi ses meilleures saisons.

    Ce dernier passage, à bientôt 43 ans, est donc un grand moment d’émotion, après une rencontre terminée à 8 points, 3 interceptions et 2 rebonds en 15 minutes et une superbe ovation du public.

     

    « C’est toujours agréable de recevoir une standing ovation quand on rentre ou sort du match »déclare-t-il« C’est encore plus spécial quand c’est avec une équipe pour laquelle j’ai joué. On s’est bien amusé ici, on avait une bonne équipe, qui produisait beaucoup de highlights. Je me suis fait de très bons amis avec lesquels j’ai gardé contact – Richard Jefferson, Jason Kidd, Devin Harris – en passant cinq ans ici. J’ai connu de grands moments. »

    « J’avais son maillot dans mon cartable »

    Avec 8 834 points inscrits, Vince Carter reste encore à ce jour le troisième meilleur marqueur de l’histoire de la franchise. L’idée de voir son #15 finir au plafond du Barclay Center de Brooklyn, où il n’a jamais joué puisque le déménagement de la franchise date de 2012, lui plaît.

    « Quand on regarde le plafond et qu’on voit qui s’y trouve, ce serait une sacrée opportunité et un honneur de les rejoindre. Je serais d’accord pour être aux côtés de Jason Kidd ou Julius Erving. »

    Avec ses envolées, Vince Carter a marqué la franchise dans les années 2000 et notamment brillé devant les yeux d’un jeune adolescent du New Jersey, désormais prêt à prendre la relève. « C’était un rêve de gosse de voir Carter et Kidd à New Jersey, mais surtout Vince », a ainsi livré Kyrie Irving. « Il faisait des choses incroyables pour un gamin comme moi. Il ne faut pas négliger le temps qu’il a offert, qu’il a sacrifié à ce sport, en étant loin de sa famille, de ses amis. J’avais son maillot dans mon cartable. Je suis un grand fan, je le serai toujours. »


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :