• Triple double : vers une saison record !

    westbrook-magic

    Avec ses 12 points, 17 rebonds et 13 passes décisives, Pau Gasol a réalisé lundi soir le 50e triple double de la saison. La NBA n’en avait pas dénombré autant depuis… 1997 ! Cette année-là d’ailleurs, Michael Jordan avait réussi un exploit inédit : le premier triple double de l’histoire du All Star Game (14/11/11), imité seulement 14 ans plus tard par LeBron James (29/12/10).

    Si le triple double est redevenu à la mode cette saison, il faut essayer d’en comprendre les raisons. 

    Merci Draymond et Russell

    Tout d’abord, si une telle marque a pu être atteinte, c’est grâce essentiellement à deux hommes : Draymond Green et Russell Westbrook qui comptabilisent respectivement 11 et 10 triple double cette saison. On remarque déjà que si le meneur du Thunder est sur les bases de la saison précédente (11 TD au compteur), Draymond Green a lui clairement pris une autre dimension. L’année dernière, le Warrior n’était parvenu à marquer 10 points, prendre 10 rebonds et faire 10 passes décisives qu’à… une seule reprise ! Devenu la plaque tournante de Golden State, voire le « playmaker, il profite de sa polyvalence pour noircir la feuille tous les soirs. La NBA n’avait pas connu un ailier-fort aussi complet depuis Charles Barkley ou encore le Kevin Garnett des années Minnesota.

    On notera au passage que c’est la première fois depuis 1990, et le duo Magic Johnson-Larry Bird que deux joueurs dépassent les 10 triple double la même saison ! Si l’on ajoute les cinq triple double d’un Rajon Rondo revenu au premier plan, les trois joueurs cumulent plus de la moitié des triple double réalisés par l’ensemble des joueurs NBA.

    Retour des « grands » au premier plan

    Au total, 19 joueurs ont réussi cette exploit statistique cette année. Parmi eux, on trouve 8 meneurs de jeu venus grappiller des rebonds mais aussi 4 pivots qui savent distribuer ou contrer comme Hassan Whiteside. Ce dernier est d’ailleurs le premier joueur depuis Shawn Bradley en 1996 à réaliser trois triple doubles avec 10 contres sur une saison.

    À l’époque Bradley est en effet le meilleur pivot dans cette catégorie, loin derrière Grant Hill au classement général de l’année 1997, qui avait dominé les débats avec ses 13 unités. Malgré Chris Webber et Kevin Garnett, les « grands » étaient progressivement sortis des radars durant ces deux décennies avec des intérieurs de moins en moins passeurs et un jeu plus axé sur l’extérieur.

    Aujourd’hui, un garçon comme Giannis Antetokoumpo mesure 2m10 mais il distribue le jeu à ses heures perdues, et le voilà qui compte 3 TD’s cette saison.

    Parmi les intérieurs, Draymond Green, Pau Gasol et la tour de « contr’ôle » Whiteside redorent le blason des Big Men dans cette catégorie statistique. Avant de prendre le pouvoir ?


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :